Terrasse en Robinier sur poutres porteuses

Nous avons commencé cette terrasse en bois en 2003. Elle entoure une maison ossature-bois et s’appuie en haut d’un talus. Elle comporte une partie Sud devant un salon et une partie Ouest en forme de proue de bateau.

Pour les lames de terrasse, nous avons choisi le Robinier. Pour la structure, du Douglas non traité.

Maçonnerie

Sur cette terrasse, la partie Maçonnerie est importante, avec des murs pour les contours de la proue, et des trottoirs en béton pour boucher l’espace entre la maison (sur pilotis) et le sol.

Dans un 1er temps, nous n’avons pas fait courir un muret tout le long de la terrasse. Au début, on voyait le dessous de la terrasse et cela lui donnait un côté aérien. Dans un second temps, j’ai réalisé un muret de parpaings pour combler cet espace. Le résultat esthétique est meilleur.

Perçage des trous à la tarière pour les plots béton
Isa à la bétonnière
Isa les gros bras



Blurp !
Mon Maçon préféré



Vue de la maçonnerie de la proue



Stockage du bois de structure
Nous avons réalisé des trottoirs béton autour de la maison



Trottoir béton avec aperçu sur une trappe de visite
La proue avec la cuve de récupération d’eau



La proue est délimitée par un mur en parpaings

Pose des poutres porteuses

A l’époque de la construction, on trouvait difficilement des poutres et solives traitées classe 4, et ces produits étaient très chers. Donc pour la structure, nous avons choisi du Douglas non traité que nous avons fait scier aux dimensions.

Si c’était à refaire : je reprendrai du Douglas car plusieurs années plus tard, les poutres n’ont pas bougé.

Mais je me dois d’insister sur le fait que cela représente un risque. Par exemple, j’ai du remplacer une solive qui a pourri en moins de trois ans. Il y avait un bandeau fixé contre cette solive et l’humidité stagnait. De plus, la solive était sciée dans de l’aubier à 80%.

Début du montage des poutres porteuses
La proue, pleine face
A gauche, les lames en Robinier, au milieu les tasseaux en Robinier, à droite les solives en Douglas



Au fond, la camionnette en location qui m’a servi à aller chercher les lames de terrasse en Aveyron



Les lames sont stockées temporairement sur les poutres porteuses

Pose des solives sur les poutres porteuses

Les solives sont fixées sur les poutres porteuses
Le dessus des poutres porteuses est protégé avec des bandes bitumeuses



Fabrication des panneaux

Les panneaux sont formés de 3 à 4 lames assemblés par le dessous avec des tasseaux en Robinier. Il n’y a donc aucune vis apparentes. Les panneaux font jusqu’à 5m de long. Chaque panneau vient s’enficher dans le panneau précédent, les tasseaux formant un système mâle-femelle.

Dans mon atelier
Planches en Robinier en attente de toupie
Règles de montage des panneaux, fixée au sol



On découpe les lames à longueur puis on les pose à l’envers dans le guide
Tasseaux de fixation
Les tasseaux sont fixés sur l’envers des lames



Les serre-joints mettent les lames en pression



On déplace les serre-joints au fur et à mesure de l’avancement



Stockage en pression, et ventilé
A la raboteuse



Le Robinier est fendif
Aspect du Robinier
Aspect du Robinier



Aspect du Robinier







Si c’était à refaire : Je ne ferai pas de panneaux mais j’utiliserai la technique classique avec des vis inox.

Cette technique par panneaux est très difficile à mettre en Å“uvre. Les panneaux sont très lourds et il n’est finalement pas facile de les monter/démonter. La fabrication des panneaux demandent beaucoup de temps et de soin. La quantité de chute est importante. Et au final, les fixations ne sont pas suffisamment solides surtout avec une essence instable comme le Robinier. En conséquence, un nombre important de lames a bougé.

Par contre cette technique reste envisageable avec une essence de bois stable et des lames entières, sans aboutages.

Le Robinier est un bois délicat

Comme je l’ai écrit plus haut, la fixation par panneau ne permet pas d’avoir un ancrage suffisamment solide des lames. De plus, le Robinier est une essence instable. J’ai donc eu quelques soucis avec des lames qui ont bougé.


Pose des panneaux

Les panneaux sont fixés sur les solives
Le dessus des solives est protégé par des bandes bitumeuses



Sur cette partie, les panneaux reposent d’un côté sur le trottoir et de l’autre côté sur les solives







Ici, j’ai utilisé des bandes bitumeuses avec film Aluminium



Un panneau sur l’envers





La mèche double-étage permet de faire l’avant-trou et le fraisage de la cuvette en une seule opération
Cuvette





Bandeaux de finition


C’est fini

Les lames commencent à griser



Une structure de stores repose sur les poutres porteuses
Garde-corps
Ancrage du poteau de garde-corps



Stores dépliables



Vue de l’intérieur



Début d’un escalier
Poutre porteuse sur plot béton
Vue de dessous la terrasse











L’entretien

Au début, j’utilisais un mélange d’huile de lin et de térébenthine. Mais l’efficacité de dépasse pas quelques semaines. Aujourd’hui, je me contente d’un passage au Karcher tous les deux ans.

Nettoyage au jet



Un outil spécial à monter sur le karcher
Robinier grisé



Trappes de visite

Trappe d’accès à un disjoncteur
Trappe ouverte



Les panneaux au dessus de la cuve d’eau sont facilement démontables